Bienvenue cher visiteur,




Bienvenue sur le forum de la Imperium Versus,
organisation de la communauté Mafieuse.
Celle-ci sort évidemment du lot, par son style RP poussé.
Rejoignez-Nous donc !



 
AccueilMembresConnexionS'enregistrerGroupesRechercher

Si Vis Pacem, Para Bellum


Partagez | 
 

 Francesco Corleone : La vengeance menant au respect (Histoire).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MessageSujet: Francesco Corleone : La vengeance menant au respect (Histoire).   Sam 27 Sep 2014 - 16:38

Prologue :

Enfance :

Francesco Tony Corleone est né le 21 décembre 1920 à Corleone (Sicile) dans une famille de fermiers. C'est le deuxième enfant de la famille. Mais son destin ne sera pas lié à ce milieu. En effet, il commençera donc ses études à partir de 6 ans où il sera un brillant élève durant toute son enfance. Il était très timide et ne parlait jamais. De plus, il se faisait souvent agresser à la sortie de l'école par des élèves plus âgés qui se moquait de sa timidé maladive.

Adolescence :

Francesco a pu continuer ses études au collège où il est toujours aussi brillant, mais toujours aussi timide. Mais à 15 ans, un évènement bouleversa sa vie, son père se fit assassiné par un baron de la pègre nommé Vincenzo Barzotti ainsi que son grand frère Paulie essayant de venger son père. Restant donc sa mère désormais veuve, une colère profonde s'installa en lui. Et quelques jours après, durant les funérailles de son père et son frère, sa mère se fit assassinée à son tour d'un coup de poignard au dos. Sachant qu'il était le suivant, Tony se cacha durant 9 mois dans une petite cabane isolée de Corleone pour ensuite abandonner le collège et s'installer dans un orphelinat.

Vendetta :

Francesco a maintenant 25 ans, et durant tout ce temps, il a pu bâtir un petit empire composé d’orphelins dont les parents ont aussi été assassinés. Ayant quitté l’orphelinat comme ses frères d’armes, il a observé, espionné, récolter des informations à propos de Barzotti et sait maintenant ou se trouve sa demeure. Armé de sa bande d’orphelins et du poignard qui a tué sa mère, il a infiltré la demeure de l’assassin de sa famille, s’est incrusté dans sa chambre lorsqu’il dormait et  dit: "Qu'est-ce-que j'ai mérité pour avoir un tel manque de respect, un? C'est du travail sale que t'as fait avec ma Famille, c'est une insulte à mon nom. ET BIEN JE VAIS PAREIL AVEC TOI!" puis lui a ouvert le ventre tel un boucher avant de l’achever ! Repéré, les soldats de Barzotti éliminèrent sauvagement les hommes de Francesco ! Il a été le seul à échapper à cette tuerie.

Histoire :

New York et la Famille Corleone :

Chapitre I : Le Mariage.

Trois années ont passés, Francesco vit maintenant à New York dans le petit quartier de Little Italy et sa tête est mise prix en Sicile pour l'assassinat de Barzotti. Il a servit deux ans à l'armée lors de la seconde guerre mondiale et s'est lié d'amitié avec une personne qu'il a rencontré lorsqu'il était soldat, qui a le même nom que lui. Il s'appelle Michael Corleone. Ils sont revenus à New York et discutent dans une petite ruelle de Little Italy:
-"Frank, ma sœur Connie va se marier demain, tu veux venir? Ca me ferai très plaisir que tu viennes, et mon père voudrait mieux te connaître!"
-"Et bien demain j'ai rien à faire donc oui, c'est d'accord, on se verra demain!"
-"Ok, alors on fait comme ça. Bonne journée Frank! Je vais voir Kay, ça fait deux ans qu'on ne s'est pas vu!"
Kay est la petite amie de Michael, ça faisait depuis deux ans qu'ils ne s'étaient pas vus et il avait donc une folle envie de la revoir! Le jour suivant, Francesco se rendit comme prévu au mariage de Connie, dans la demeure des Corleone. Il avait gardé sa tenue de soldat, n'ayant pas eu le temps d'acheter une tenue appropriée à l'évènement, tout comme Michael. L'endroit était magnifique, c'était une grande cours, il y avait une scène au centre et des tables tout autour. La fête battait son plein: Il y avait énormément de mondes, un discours, des chants et une cérémonie! Puis, assit à une table, il ne pouvait pas s'empêcher de fixer et d'écouter un homme répétant cette phrase, qui se nommait Luca Brasi:
"Don Corleone, je voudrais vous remercier de m'avoir inviter au mariage de votre fille. Espérant donc que vous acceptiez ce cadeau de ma part!"
Ensuite, son regard se tournait vers Kay et Michael qui discutait à voix basse:
-"Ah bon Michael? Ta famille connait Tony?"
-"Oui, mon père lui a rendu service un jour. Vois-tu, Tony à participer à une audition pour devenir chanteur, mais le chef d'orchestre ne l'a pas accepter au sein du groupe. Alors, mon père est allé voir le dirigeant du chef d'orchestre, il lui a proposer 1000 dollars pour accepter Tony dans le groupe. Mais il a refusé, alors, le lendemain, mon père est revenu mais cette fois avec Lucas Brazzi. Lucas lui pointait un revolver à la tempe et mon père lui a fait une offre qu'il ne pouvait pas refuser: 300 dollars ou son cerveau qui saute. Il a alors accepté avec seulement 300 dollars. Mais ne t'inquiète pas, moi je ne suis pas comme ma famille."
Francesco comprit alors que le père de Michael était le chef d'une puissante mafia. Peu après, un homme s'approcha de Frank pour lui dire quelque chose, il s'appelait Thomas Hagen, c'était le Consigliere de la Famille et un grand avocat:
-"Vito Corleone souhaiterait vous parler dans son bureau."
-"Bien, comment t'appelles-tu?"
-"Je suis Thomas Hagen, je m'occupe de la Famille dans le domaine de la loi."
-"Moi Francesco Corleone."
-"CORLEONE?!"
Frank se rendit alors dans le bureau de Vito Corleone, le père de Michael. Lorsqu'il entra, il vit une petite salle sombre et face à lui le bureau où Don Corleone était assit, c'était un vieil homme au visage de bulldog. Il obtenu alors la permission de s'assoir puis Vito Corleone fit le premier pas:
-"Bonjour, Michael m'a beaucoup parler de toi. Est-ce-que...le mariage te plaît?", d'une voix qui semblait grave et casser.
-"Oui, il est très réussi. Michael m'a dit beaucoup de biens de vous."
-"J'en suis ravi. Tu es Francesco, c'est bien ça?"
-"Oui, Francesco Corleone."
-"Corleone. Tu es donc né à Corleone! Depuis combien de temps es-tu en Amérique?"
-"Depuis trois ans."
-"Bien...Cherches-tu du travail?"
-"Oui, depuis quelques semaines."
-"Parfait, j'aurai un travail à te confier. As-tu déjà commis une action hors la loi?"
-"Oui, j'ai tué quelqu'un..."
-"Donc, je voudrais que tu extorques quelques commerces, mon plus fidèle ami Luca Brasi t'aidera."
-"Oui, je l'ai vu toute à l'heure."
-''Oui, il est ici en ce moment. Montre-nous ta fidélité et tu seras un membre important de notre Famille. Et une dernière chose, aujourd'hui je t'ai rendu service, mais un jour, c'est moi qui aurait un service à te demander."
-"Bien, maintenant je dois vous laisser."
-"Bene (Bien), je te souhaite une bonne journée."




Don Corleone



Michael



Tom



Vito et Luca

Chapitre II : Simplement les affaires...

Le lendemain, comme prévu, Francesco se rendit à l'endroit où Luca Brasi lui a donné rendez-vous. Aujourd'hui, il était vêtu d'un long manteau noir avec une cravate à rayure rouge et noir, un chapeau noir, un pantalon noir et des mocassins en cuir de la même couleur. C'était Don Corleone, qu'on doit appeler "Parrain" afin de montrer un signe de respect qui lui a offert ses vêtements. Ils se retrouvèrent donc dans une petite ruelle isolée de la population pour parler affaire. Luca Brasi était un homme d'une forte corpulence, habiller d'un chapeau marron, d'une veste, d'une cravate et d'un pantalon de la même couleur. Ils étaient maintenant face à face et entamèrent leur conversation:
-"Donc...c'est toi Francesco?".
-"Si (Oui), Don Corleone m'a dit que tu avais quelque chose pour moi.".
-"En effet, je suis là pour t'apprendre le métier et t'aider à remplir la mission que mon chère ami Don Corleone t'as confié! Pour résumer, je suis ton tuteur".
-"Je connais le métier, dis-moi juste ce que je dois faire et je le ferai, et pas à moitié...".
-"Parfait alors! Viens, je vais te montrer ce que tu dois faire.".
Lucas et Francesco marchèrent alors jusqu'à la mission prévue et arrivèrent quelques minutes. Ils étaient face à une boucherie, Brasi pointait du doigt cette boutique et dit:
-"Voilà, comme on te l'a dit, tu dois extorquer cette boucherie. Trouve le point faible du propriétaire, exploite cette faiblesse et tu auras ce que tu voudras, c'est-à-dire deux cent dollars, capiche (compris)?".
-"Si, je trouve ce genre de métier sale mais bon, il y a du bon et du mauvais.".
-"C'est exactement ça!".
Ensuite, Francesco entra dans la boucherie et observa le lieu: c'était un endroit assez propre ou il y avait seulement un extincteur accrocher à un mur du côté gauche et un comptoir sous lequel il y avait de nombreuses viandes comme des steaks, du boudin, de la dinde etc...
Il y avait aussi un homme vêtu d'un tablier qui était sûrement le propriétaire. Il se dit que si il détruisait la boutique l'homme acceptera sa demande. Mais il ne voulait pas tout de suite attaquer avec la manière forte, il alla alors lui faire partager sa demande:
-''C'est un bel endroit que vous avez là, ça serai dommage que des bandits détruisent tout. Payez-nous toute les semaines et les Corleone protègeront votre boucherie.".
-"Jamais je donnerai de l'argent à votre sal espèce, plutôt mourir!" Puis il finit sa phrase en crachant par terre, montrant son manque de respect envers les Corleone. Francesco, énervé, prit alors l'extincteur qu'il avait vu de ses deux mains et cassa les vitres du comptoir une par une avec l'objet dont il était muni. Le propriétaire, tenant terriblement à son magasin, prit ensuite la parole:
-"Pitié, arrêtez! Je donnerai l'argent! Combien vous voulez?" Tremblant de peur.
-"Deux cent dollars toute les semaines!" Le prenant brusquement par le colle de sa main droite.
-"D'accord! Tenez, je vous donne l'argent de cette semaine maintenant!"
Il donna alors deux cent dollars qu'il sortait de la poche droite de son pantalon avec sa main droite pour les tendre vers Francesco. Ce dernier les prit d'un geste brusque pour les ranger dans sa poche droite de sa main droite et quitter la boutique pour retrouver Luca:
-"C'est fait!"
-"Très bien, tu as l'argent?"
-"Oui, et voici." Francesco donna alors l'argent du propriétaire à Luca.
-"Merci, c'est du très bon travail! Maintenant je pense que Don Corleone voudrait te voir dans son bureau, dépêches-toi, ne le fais pas attendre!"


Chapitre III : "Je refuse".

Francesco entra donc dans le bureau de notre chère Parrain, dans la demeure des Corleone, il y avait à l'intérieur Thomas Hagen, un petit homme avec un crâne rond et plat, avec des cheveux bruns et dégarnis se nommant Fredo, c'était le grand frère de Michael. Cette homme avait une réputation d'idiot et de faible, mais Francesco le respectait. Et pour finir, un homme aux cheveux bouclés et légèrement châtains, portant des bretelles et une chemise blanche assez sale. Cette homme s'appelait Sonny, c'était le plus grand des frères et était assez bagarreur. Ils étaient maintenant tous autour du bureau où le Don Vito Corleone était assit, et ce dernier prit alors la parole:
-"Te voilà Francesco, nous t'attendions."
-"Que se passe-t-il?" dit Francesco d'un air curieux.
-"Nous t'attendions pour nous rendre chez Virgil Sollozzo, il veut notre accord pour une affaire. Je veux que tu nous conduise jusqu'à là-bas. Notre chauffeur Paulie est malade."
-"Bene."
-"Alors c'est toi Frank, heureux de te voir parmi nous mon pote!" Dit Sonny en serrant très fort Francesco dans ses bras en signe de fraternité."
-"Fredo, heureux de te connaître, j'espère que nous serions de très bons amis!" Dit-il en serrant la main droite de Francesco.
-"Vous avez fait connaissance, alors allons-y!" Reprit Vito d'un sourire amical.
Ils sortaient donc de la demeure pour se rendre dans la voiture et aller chez Sollozzo. Ils arrivèrent ensuite au bureau de Sollozzo quelques minutes après. Ils sortaient tout les cinq de la voiture, Don Vito, Thomas, Sonny et Fredo se dirigeaient vers le bâtiment ou se trouvait Sollozzo tandis que Francesco restait devant la voiture. Vito le vit rester et dit:
-"Pourquoi tu ne viens pas avec nous mon ami?".
-"Vous m'avez dit que je remplaçais Paulie aujourd'hui."
-"Non, toi tu n'es pas chauffeur, tu es un de mes fils! Laisse la voiture seul et viens avec nous.".
Frank fit toucher par ce que Vito venait de dire et alla alors les rejoindre. Ils entrèrent alors dans le bureau de Sollozzo, il y avait ou bout lui assit à son bureau et cinq sièges pour les accueillir. Ils s'assirent alors sur les sièges et tous commencèrent l'entretien:
-"Bien, si je vous est appelé, c'est pour parler affaire, voyez-vous Don Corleone, vous avez tout les politiciens de votre côté et vous ne partager pas cet atout. Donc, il faut que vous me rendiez un service pour être à égalité vous et moi." Dit Sollozzo.
-"Bien, alors que puis-je faire pour vous?" Don Corleone d'un air curieux.
-"J'aimerai que vous intégrez la vente de drogue dans votre Famille, cela pourrait rapporter beaucoup pour vous et pour ma Famille."
-"Pour moi? Qu'est-ce-que ça pourrait me rapporter exactement?"
-"Et bien vous gagnerez plusieurs millions de dollars facilement."
Après avoir entendu cela, Vito se leva, prit une bouteille de vodka et nous servit tous, y compris Sollozzo en disant:
-"Je suis désolé mais je vais devoir refuser. Voyez-vous, je trouve ce métier sale. Je peux tout accepter mais pas la drogue, imaginez qu'un de nos produits se retrouve dans les mains d'un enfant. Les politiciens ne seront plus à nos côtés et nous aurons de sacrés ennuis."
Sonny coupa la parole de son père:
-"Oui mais..."
Vito le coupa lui aussi:
-"Santino, quand je parle tu te tais! Je vous demande pardon, j'ai trop gâté mes enfants lorsqu'ils étaient petits et voilà ce qui arrive. Donc je disais que je refusais, j'en suis navré mais maintenant nous devons vous laisser."
Ils quittèrent donc le bureau de Sollozo excepter Vito et Santino:
-"Santino, viens ici!" Dit-il d'un air énervé.
-"Oui papa?".
-"Mais enfin qu'est-ce-qui te prend?! Ne me coupe plus jamais la parole en publique Santino! Tu as compris?".
-"Oui papa, j'ai compris."



Fredo



Sonny



Virgil Sollozzo



Vito disputant Sonny (ligne 37 à 40)

Un jour plus tard, Francesco allait voir Luca Brasi au même endroit que la dernière fois:
-"Te voilà Frank, si je t'ai appelé aujourd'hui, c'est pour m'accompagner dans un petit bar où Sollozzo et Bruno Tattaglia m'attendent. Don Corleone m'a demandé de les infiltrer."
-Pas de problème, je te suis."
[...] Luca entra dans le bar, c'était une salle sombre et vide, il y avait seulement Tattaglia et Sollozzo qui attendaient au comptoir. Francesco voyait tout d'une fenêtre qui donnait une vue sur le comptoir. Luca s'assit, Sollozzo était derrière Luca et Bruno Tattaglia face à ce dernier. Juste après, Bruno mit une cigarette à la bouche de Luca et l'alluma avec son briquet. Puis, il planta un couteau violemment dans la main gauche Luca! Ce dernier cria et Sollozzo l'étrangla par derrière avec une corde à piano! Francesco vit le spectacle de sa fenêtre, quelques secondes passèrent avant que Luca finisse par mourir. Sollozzo et Tattaglia finissent par voir Francesco qui observait par la fenêtre, Sollozzo et Tattaglia verrouillèrent la porte du bar avant de partir en courant, mais Bruno fit tomber sans s'en rendre compte une lettre de la poche droite de son pantalon en s'enfuyant. Frank sortit son revolver et coura vers le bar, il cassa la porte après deux coups de pied droit et prit la lettre. Francesco la lisa attentivement et découvrit que la prochaine cible était le Don! Il ferma les yeux de Luca et fit tout pour se rendre au plus vite à la demeure des Corleone. Mais c'était trop tard, Vito sortait de la demeure et se dirigeait vers la voiture pour se rendre au marché, mais voir Fredo à l'avant le troubla:
-"Fredo, que fais-tu ici? Où est Paulie?".
-"Il est toujours malade papa. C'est moi qui conduit aujourd'hui, ça ne me dérange pas.".
Vito se rendait donc au marché avec Fredo au volant. Ils arrivèrent au marché quelques minutes après, Vito descendit de la voiture et dit:
-"Reste ici Fredo, garde la voiture. Je vais acheté des fruits.".
Don Vito achetait donc des fruits et là, deux soldats de Sollozzo arrivèrent rapidement avec un revolver à la main pour le tuer. Don Corleone les vit rapidement et coura vers la voiture pour leur échapper:
-"Fredo! Démarre la voiture!".
Mais c'était trop tard, les deux hommes collèrent cinq balles dans le corps de Vito. Fredo sortit son revolver mais sa panique fit tomber son arme maladroitement par terre. Le Parrain était à terre, il semblait mort. Fredo s'empressa de s'agenouiller à côté de son père, pleurant toute les larmes de son corps:
-"Papa! Je t'en supplie lèves-toi!".
Mais son père ne répondait pas. Les gens encerclaient peu à peu Fredo afin de voir le corps de son père.




Bruno Tattaglia



Tattaglia et Sollozo tuant Luca



Fredo et Vito (Avant dernière ligne)

Chapitre IV : Le Restaurant.

A suivre...






"SOIT PROCHE DE TES AMIS ET ENCORE PLUS PROCHE DE TES ENNEMIS".

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Francesco Corleone : La vengeance menant au respect (Histoire).   Dim 28 Sep 2014 - 15:20

Je déplace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Francesco Corleone : La vengeance menant au respect (Histoire).   Dim 28 Sep 2014 - 19:18

Magnifique histoire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maioraque
MessageSujet: Re: Francesco Corleone : La vengeance menant au respect (Histoire).   Dim 28 Sep 2014 - 20:27

Magnifique histoire, tu as un réel talent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscuro-sceptrum.skyforum.net
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Francesco Corleone : La vengeance menant au respect (Histoire).   

Revenir en haut Aller en bas
 
Francesco Corleone : La vengeance menant au respect (Histoire).
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: † Discussions Mafieuses † :: Les histoires RP-
Sauter vers: